Arrêter la cigarette : quelle est la bonne méthode ?

Arrêter la cigarette : quelle est la bonne méthode ?

Que vous soyez un gros fumeur ou fumeur occasionnel, cesser de fumer, tout comme se mettre au régime ou au sport, font partie des bonnes résolutions les plus populaires… Et de celles que l’on tient le moins ! Si, vous aussi, vous avez essayé mille fois d’arrêter de fumer et que, mille fois, vous avez fait une rechute, ne tombez surtout pas dans l’auto-flagellation : vos échecs à répétition ne sont certainement pas (que) le reflet de votre manque de volonté… Peut-être n’avez-vous tout simplement pas choisi la bonne méthode pour vous débarrasser de votre dépendance au tabac ! Il en existe en effet pléthore et parmi elles, il y a forcément celle qui sera la mieux adaptée à votre profil de fumeur, votre comportement, vos habitudes, votre style de vie… Car vous êtes uniques, et votre dépendance l’est aussi. A travers cet article, vous découvrirez les méthodes les plus usitées pour se sevrer… Il ne vous reste donc plus qu’à lire ces quelques lignes, et à contacter le 3989 afin de vous faire assister dans le choix de la méthode, avant de griller votre dernier mégot !

Les préalables incontournables pour arrêter de fumer

Quelque soit la méthode pour laquelle vous opterez, il est trois gestes forts qui ne peuvent qu’être bénéfiques : 

  • Fixez-vous une date précise de démarrage de votre sevrage,
  • Symboliquement, débarrassez-vous, la veille, de tout votre équipement : les paquets de cigarettes, les briquets… Et même les cendriers !
  • Prenez contact avec le 3989, la ligne téléphonique de Tabac info Service.  Vous entrerez ainsi gratuitement en relation avec un professionnel de l’arrêt du tabac. Vous pouvez appeler quand vous le voulez, du lundi au samedi de 8h à 20h. Un conseiller répondra à vos questions et vous aiguillera vers un tabacologue dédié. Ce dernier vous accompagnera de manière personnalisée, en vous conseillant sur la stratégie d’arrêt qui vous conviendra le mieux et en réalisant avec vous, un suivi téléphonique régulier de votre situation. C’est gratuit, et 87% des utilisateurs du service déclarent avoir été aidés efficacement…Alors pourquoi s’en passer ? 

 

Arrêter de fumer : les méthodes les plus usitées

Les substituts nicotiniques

Les substituts nicotiniques sont des médicaments à base de nicotine que l’on utilise pour soulager les symptômes liés au manque, quand on arrête de fumer. Selon l’Assurance maladie, des études scientifiques ont montré que ces substituts augmentent vos chances de réussir de 50 % à 70 %. Ils contiennent un dosage en nicotine plus ou moins important et existent sous plusieurs formes : soit en patchs (parfois à retirer pendant la nuit), soit sous forme de gommes, de pastilles ou comprimés à sucer, d’inhalateur, ou encore de Chewing gums nicotinés à mâcher … Ces produits sont disponibles en pharmacie, sans ordonnance, mais peuvent aussi être prescrits par différents professionnels de santé : les médecins (y compris celui du travail), les sage-femmes, les infirmiers, les chirurgiens-dentistes, et les masseurs-kinésithérapeutes. Dans ce cas, ces traitements sont remboursés à 65 % par l’Assurance Maladie. Le plafonnement annuel de 150 € par an a été supprimé, et les pharmaciens peuvent désormais pratiquer la dispense d’avance de frais pour ces produits. Le ticket modérateur peut, quant à lui, être pris en charge par votre complémentaire santé. 

La cigarette électronique

Vapoter, qui est devenu tendance, peut aussi être efficace pour vous aider à lutter contre les risques du tabac. Ce dernier, au-delà du mal qu’il fait à vos poumons, endommage en effet aussi ceux de vos proches non-fumeurs, via ce qu’il est convenu d’appeler le tabagisme passif. La cigarette électronique sera alors un moindre mal. Elle dégagera en effet une vapeur aromatisée - dont l’odeur peut même être plutôt agréable - qui a - ou non - une teneur en nicotine. Le cas échéant, la dose et les substances toxiques sont beaucoup plus faibles que celle d’une cigarette classique. 

Les thérapies comportementales et cognitives

L’efficacité des thérapies comportementales et cognitives (TCC) a été scientifiquement prouvée. Ces techniques consistent tout simplement à aider le fumeur à gérer son stress autrement qu’en fumant, en agissant sur son comportement et son système de penséesL'aspect cognitif correspond à ce qui se passe dans son cerveau, tandis que l’aspect comportemental concerne ses habitudes :  allumer une cigarette lorsqu'il est stressé, ou lorsqu'il réfléchit à un problème compliqué, par exemple. La thérapie comportementale et cognitive aborde donc comme son nom l’indique, l’aspect cognitif en même temps que les comportements déclenchés par le cerveau…

Les conseils de Famille-Seniors-En-Ligne : Arrêter la cigarette quand on est accroc est une décision courageuse, qui demande beaucoup d’efforts et de volonté. Lutter contre l’envie de fumer peut-être parfois source de mauvaise humeur, de stress, voire d’insomnies. Engager un coach pour se faire aider, intégrer un groupe de parole composé d’anciens fumeurs ou utiliser une application, du type Smoke Free ; peuvent être des dispositifs complémentaires à la méthode que vous aurez choisie. Veillez également à ne pas vous réfugier dans la nourriture même si votre appétit s’est fortement aiguisé, au risque de constater une prise de poids immédiate ; ou bien dans l’alcool, ces habitudes addictives ont des effets nocifs au moins aussi graves que ceux de la cigarette !

  

Pour continuer la lecture de tous les articles de Famille-Seniors-En-Ligne, inscrivez-vous ou connectez-vous à votre compte :

Me connecter Je m'inscris

Découvrez aussi

Tai Chi Chuan

Tai Chi Chuan

Pratiqué depuis des siècles en Chine, le Tai Chi Chuan est de plus en plus plébiscité en France. C’est pourquoi…

Santé & bien-être
Espace membre Aa Zoom Accessibilité visuelle